Notice sur les familles Delachau et Bernard-Lacroix

LES DELACHAU

 Dossier 14 Img 1

La présence dans le village de Lachau d’une famille portant le nom de « de la Chau », Delachau ou « Lachau », est attestée depuis la première moitié du XVIIe siècle jusqu’au tout début du XXe siècle, soit pendant près de trois siècles.

Selon toute vraisemblance, ce patronyme est révélateur de l’origine géographique de ceux qui le portaient. Mais s’agit-il en l’occurrence du village de Lachau ? La présence sur place de cette famille semble accréditer cette hypothèse. A contrario, nous devons observer que ce nom est le plus souvent écrit sans p final, alors que sous l’Ancien Régime le nom du village s’écrivait La Chaup.

Nous étions jusqu’à peu très mal renseignés sur cette famille. La redécouverte des registres paroissiaux, dans le cadre du projet « histoire de Lachau, nous a permis de combler en partie cette lacune et de dresser l’arbre généalogique de cette lignée avant la Révolution.

Nous donnons ci-après les premiers résultats de notre recherche.

Une famille protestante

Au début du XVIIe s., les « de la Chau » faisaient partie de la communauté protestante du village.

Cette appartenance explique qu’ils n’aient pas laissé beaucoup de traces dans les registres paroissiaux antérieurs à la révocation de l’Edit de Nantes (1685) qui ne concernaient que les catholiques. Ils y apparaissent néanmoins le 21 avril 1659 avec le mariage de Baptadine de la Chau, fille de feu Antoine et de Marguerite Brunel, avec Jacques Thomé, de Séderon. Pour se marier, Baptadine avait « abjuré l’hérésie et fait publique profession de foi le 17 (du) mois, ensuite de quoi elle a(vait) été absoute de l’excommunication et reçue au giron de l’Eglise par Monsieur Gailhard, curé de Trescléoux ».

L’année suivante, c’est Diane, demi-sœur de Baptadine, qui épouse Jean Bonnet d’Arzeliers, après avoir abjuré la religion réformée.

Entre 1678 et 1684, Me Jean de la Chau, oncle ou frère de Baptadine, est cité à trois reprises comme parrain dans des actes de baptême, ce qui montre que lui aussi s’était converti, tout comme le seigneur du lieu.

A la révocation de l’Edit de Nantes, les protestants français n’ont guère le choix que de se convertir ou d’émigrer. Certains membres de la famille de la Chau émigrent, notamment vers la Hollande et la Suisse. Les autres se convertissent comme Daniel de la Chau et son épouse Madeleine Armand qui, en 1686, sont qualifiés de « nouveaux convertis », dans l’acte de baptême de leur fils Pierre-André.

Une famille de notables

De 1685 à 1792, 64 actes concernent les baptêmes, les mariages ou les décès des membres de cette famille dans les registres paroissiaux (v. annexe 2). Leur nom apparait aussi à de nombreuses reprises comme parrains et marraines d’enfants du village ou comme témoins de mariage.

Au XVIIe siècle et au début du siècle suivant, ce sont sans conteste des notables du village.

Le titre de Sieur, Maître ou Damoiselle qui précède constamment leur nom et ceux de leurs conjointes attestent d’une position sociale élevée au sein de la bourgeoisie locale.

Me Jean de la Chau est maréchal de forge. Son fils Sr Joseph est notaire.

Ils sont à l’origine d’une dynastie de maréchaux qui couvre six générations.

Dans le livre-cadastre de 1707, Sr Joseph de la Chaup, fils du précité, apparait comme un bourgeois aisé, possédant trois maisons dans le village, un bâtiment agricole et des vignes au quartier des Fuiles, des cheneviers à la Buerlière et au Marchaiou et plus de vingt parcelles de terre et de pré réparties sur tout le territoire communal.

 Dossier 14 Img 2

Damoiselle Suzanne de la Chau, sa sœur, épouse en 1688 Sr Paul Tromel, de Montbrun, puis en 1705, son cousin Sr Charles Salua, châtelain du village. En 1685, elle est marraine de Catherine Verdetti, fille de Pierre, qui pourrait être parent de ce Verdety qui, vers 1657, était chargé de dire la prière au temple  [1]. Par la suite, de 1687 à 1711, elle est marraine à 7 reprises d’enfants de Lachau dont une fois en compagnie d’Antoine-René de la Tour de Montauban, marquis de Soyans et seigneur de Lachau.

Une famille qui a essaimé dans toute la région

Aux XVIIe et au XVIIIe siècle, des « de la Chau » ou « Delachau » sont présents dans de nombreux villages et villes de la région : à Aspres-sur-Buëch, à Eygalayes, à Mérindol, à Orpierre, à Saint-Auban, à Ste-Euphémie, à Serres …. Ils sont fonctionnaires royaux, châtelains ou encore militaires.

De nombreux indices montrent un lien familial entre la branche de Lachau et les autres [2].

A St-Auban sur Ouvèze, siège d’une importante communauté protestante, une famille Delachau est inscrite dans le registre des abjurations de 1685 [3]. Elle donne au village une dynastie de notaires et de fonctionnaires dont une rue perpétue aujourd’hui le nom. Au milieu du XVIIIe siècle, l’un de ses membres, Henri Delachau, porte le titre d’écuyer ce qui témoigne de son anoblissement.

Un nouveau patronyme

Dès les premières années du XVIIIe siècle, les curés de Lachau ne portent plus de particule devant le nom de cette famille dont les membres continuent de signer « de la Chau ».

Ainsi, Joseph de la Chau, inscrit sous ce nom dans son acte de baptême de 1687, devient Lachau dans les actes du début du siècle suivant, tout en signant de la Chau.

A Lachau, cette pratique va devenir progressivement la règle. La dernière mention du nom de « de la Chau » dans les registres paroissiaux est de 1736. Après cette date seul subsiste le patronyme Lachau (plus rarement Lachaup).

Un nouveau patronyme est né.

La fin d’une lignée chaupatière

De 1793, date de création de l’Etat civil, jusqu’au début du XXe siècle, les registres de la commune comportent 49 actes relatifs aux « Lachau » (annexe 3) qui sont de moins en moins nombreux dans le village.

Suivant la tradition familiale, les éléments les plus dynamiques de la famille vont faire leur vie hors du village [4].

Ceux qui restent semblent progressivement perdre le rang de notables qui était la marque de leurs ancêtres. Quelques-uns sont de simples journaliers et en 1794, aucun « Lachau » ne figure dans la liste des 30 plus gros contribuables du village.

Au recensement de 1836, il n’y a plus à Lachau que 3 hommes adultes du nom de Lachau : Joseph et Arnoux, aubergistes, et Simon qui est voiturier.

En 1876, il n’y a au village qu’une seule personne de ce nom : Marie-Madeleine-Antoinette Lachau, épouse de Joseph Mathieu. Elle décède le 1er juillet 1916.


ANNEXE 1 – GENEALOGIE DE LA FAMILLE DE LA CHAU D’APRES LES REGISTRES PAROISSIAUX (1659-1792)

 arbre global

ZOOM GAUCHE

Zoom Gauche

ZOOM DROITE

zoom droite


ANNEXE 2 – LES « DE LA CHAU » DANS LES REGISTRES PAROISSIAUX DES BAPTEMES, MARIAGES ET SEPULTURES (BMS)

Dossier 14 Tab 1Dossier 14 Tab 2

Dossier 14 Tab 3

LES BERNARD-LACROIX

En 2015, à l’occasion du centenaire de la mort d’Henri BERNARD DE LA CROIX, la ville d’Apt a organisé une exposition sur la vie et l’œuvre de ce célèbre faïencier qui a porté au plus haut la renommée de la faïence d’Apt. HBLC était né en 1840, à Barret-le-Bas (05), d’une famille qui avait des racines paternelles à Lachau.

Nous donnons ci-après les informations que nous avons recueillies sur cette lignée dans les registres paroissiaux, complétées par d’autres sources. Après nous être interrogé sur les origines de la famille ; nous dressons ensuite son arbre généalogique (simplifié) complété par une notice sur les principaux représentants de chaque génération.

Nous donnons en annexe la transcription des actes des registres paroissiaux sur lesquels nous nous sommes appuyés.

Les origines de la famille

Le premier personnage de cette lignée que nous ayons identifié est le Sieur Jean BERNARD dit LA CROIX, de Barret-le-Haut, époux de Marguerite BERNARD.

Son fils, Noël, né en 1663, est notaire.

A la génération suivante, Antoine BERNARD, né en 1695, quitte son village pour devenir châtelain du seigneur de Lachau où il réside en 1730. Après lui, sa descendance habite Lachau pendant trois générations.

Ce n’est qu’à partir de 1754 que cette famille adopte définitivement le patronyme de BERNARD-LACROIX ou BERNARD DE LA CROIX, concomitamment semble-t-il à son anoblissement.

Le surnom de LACROIX viendrait d’un ancêtre du nom de BERNARD, capitaine de Lesdiguières pendant les guerres de religion, qui aurait été investi en 1579 de la seigneurie de la Croix de Roussillet, près de Gap.

 

Arbre généalogique des Bernard-Lacroix

Dossier 14 Diag 3ADossier 14 Diag 3B

Les générations chaupatières (1730-1804)

1° Sr Antoine BERNARD, bourgeois

Il nait le 29 août 1695 à Barret-le-Haut. Sur son acte de baptême, une annotation précise BERNARD (dit LACROIX).

Ses parents sont Me Noël, notaire royal de Barret-le-Haut, et Dlle Lucresse Laugier, de Serres.

Il épouse Marguerite Laugier av 1718. En 1720 il est dit bourgeois de Barret.

En 1721 il est parrain d’enfants de Lachau. Il est toujours domicilié à Barret.

Entre 1728 et 1731, il se fixe à Lachau où nait son fils Antoine, en 1731. Un autre acte de la même année nous apprend qu’il est châtelain.

Sa signature, qui se termine par un signe qui pourrait être une croix, permet de l’identifier dans plusieurs actes entre 1734 et 1756, confirmant sa présence à Lachau à partir des années 1730.

Dossier 14 Img 3

De Dlle Marguerite LAUGIER (°1691), il a au moins 12 enfants : 1/Marie, née et morte à Barret-le-Haut le 17/2/1718 ; 2/Silvie, citée en 1234 ; 3/ Dorothée ° 1719, mariée en 1736 à J-Louis BERTRAND ;4/ Marie-Rose ; °1720,+1732 ; 5/ Marguerite °1721 ; 6/Antoine, °1724 ; 7/ André, °1726 ; 8/ Ursule, °1728, épouse du Sr Louis-Léger CHARRAS en 1751 ; 9/ un autre Antoine, °1731 à Lachau ;10/ Jean-Baptiste, °1732 ; 11/ Maie-Anne, °1734 ;12/ Hélène °1737.

Son épouse, décède à Lachau, le 29/12/1756. A cette occasion, il est désigné par le patronyme de Bernard-Lacroix. C’est la dernière fois qu’il est cité. Il doit donc décéder ou quitter Lachau peu après.

2°- Sr André BERNARD, bourgeois, puis noble André BERNARD de la CROIX

Fils de feu Antoine BERNARD et de Marguerite LAUGIER ; Il nait le 9 janvier 1726 à Barret-le Haut.

Les registres paroissiaux de Lachau permettent de le suivre de 1735 à 1788.

Dossier 14 Img 4

Il épouse Marie LAUGIER (+1749), dont il a Marguerite-Jeanne (née en 1749 à Lachau), mariée en 1776 à François d’ERMITANIS, à Lachau.

Le 21février 1754, à Sault, il se remarie à Delphine-Catherine-Marie (de) CHASTAN [5] (°1732) et s’installe à Apt.

De sa seconde épouse il a Antoine-Dominique-Noë et 7 autres enfants.

Delphine de Chastan décède à Lachau en 1764.

Alors qu’en 1749, il était qualifié de bourgeois, André BERNARD semble avoir été anobli ou confirmé dans la noblesse vers 1754. Cette année-là, il signe BERNARD-LACROIX sur son acte de mariage et il est qualifié de licencié en droit. En 1764, il est explicitement désigné « noble André Bernard-Lacroix » et en 1765, il est dit seigneur de Roussillet (AD05). Vers la même année, il est dite fermier général de la terre et comté de Ribiers et procureur de Silvie BERNARD, sa soeur[6].

Au moment de la Révolution, en août 1789, les consuls de Lachau le nomment chef de corps des gardes chargés de protéger le village. Contrairement à son fils qui émigre, il reste en France et notamment à Lachau, ce qui lui vaut, en 1793, d’être interrogé par des commissaires de la République qui le soupçonnent de protéger un magistrat du Buis, recherché pour manque d’ardeur révolutionnaire.

En 1794, il figure sur la liste des 30 citoyens les plus imposés du village.

Il est témoins, en 1801, des confirmations faites par le citoyen Armand la Tour du Pin, ancien seigneur de Lachau, à son retour en France. . Cet acte est passé dans sa maison de Lachau[7], le 12 fructidor an 9 (30/8/1801) [8].

Il décède à Lachau le 20 novembre 1804.

3- Noble Antoine BERNARD, Messire Antoine-Dominique-Noë BERNARD de la CROIX, chevalier

Né à Apt le 20/12/1754, mort à Marseille le 1/12/1831

Fils d’André BERNARD et de Marie de CHASTAN

Dossier 14 Img 5

Le 4 février 1783, à Aix, il épouse Adelaïde-Sophie d’ARNAUD de ROUSSET [9] (°1758). A cette occasion, il est dit seigneur de la Croix du Roussillet.

De cette première épouse il a Anne-Antoinette-Marie Sophie-Thérèse, née en 1783 à Lachau.

En 1789, il épouse en secondes noces Marie-Pauline Gertrude de BEILLARD[10] (+ Apt en 1846), dont il a André-Alphonse, né en 1790 à Apt.

Officier d’infanterie et propriétaire. En 1769, il est désigné Noble Antoine BERNARD de la CROIX, Secrétaire au Parlement de Grenoble[11]

Les générations aptoises

4 – André-Alphonse BERNARD de la CROIX

Né le 28 décembre 1790 à Apt.

Fils d’Antoine-Dominique Noë BERNARD DE LA CROIX et de Marie-Pauline-Gertrude BELLIARD

Le 28 décembre 1816, à Aix, il épouse Marie Hilarie de la BOULIE (°1798, +1835 à Aix)[12], dont il a 2 enfants : 1-Ernest-Alhonse-Balthazar,(°1817-+ ) ; 2 : Alice-Eugénie-Alphonsine (°1819 +1834)

Il est cité, en 1817, dans la liste des chefs de famille de Barret-le-Bas [13].

Il épouse en secondes noces Marie-Madeleine PELLEGRIN, de Barret-le-Bas, dont il a 3 enfants.

1/ André-Albert-Camille ; 2/ Claire-Marie-Virginie ; 3 /Henri-Joseph (°1840).

Propriétaire.

5 – Henri-Joseph BERNARD de la CROIX

Né en 1840 à Barret-le-Bas, mort en 1915 à Mandelieu

Fils d’André-Alphonse BERNARD de la CROIX et de Marie Hilarie de la BOULIE

Il épouse Agnès JEANSAUME dont il a 3 enfants :

1-Joseph-Henri (°1882 à Apt, +1963), SP ;

2-Pauline Camille (+1963 ), épouse de Gaston CHABERT;

3-Eugénie-Anna (°1890 +1912), épouse d’Elie BERNADAC.

Il rachète en 1878 la manufacture de faïence d’Apt. Par son talent de créateur et de gestionnaire, il en assure la renommée et la prospérité. Ses productions sont aujourd’hui recherchées des collectionneurs. Il se retire en 1905, laissant son entreprise à son fils et à son gendre Gaston Chabert. Mise en liquidation peu après, puis reprise par Louis SAGY, meilleur ouvrier de France, elle ferme quelques années plus tard.


ANNEXE 1- LES BERNARD (-LACROIX) DANS LES REGISTRES PAROISSIAUX DES BAPTEMES, MARIAGES ET SEPULTURES DE LACHAU(BMS)

 Dossier 14 Tab 4


ANNEXE 2 – LES BERNARD-LACROIX DANS LES REGISTRES D’ETAT CIVIL DE LACHAU

Dossier 14 Tab 5


ANNEXE 3 – EXTRAITS DES REGISTRES PAROISSIAUX DE BARRET LE HAUT

30/12/1663 – NAISSANCE DE NOE BERNARD, FILS DE JEAN ET DE MARGUERITTE BERNARD

Dossier 14 Img 6

1663 et le trentième de décembre a été baptisé Noë BERNARD (dit LACROIX), fils de JEAN et de Margueritte Bernard, mariés,. Son parrain a été Sr François Bernard, sa marraine Demoiselle Margueritte Arnaut.

10/1666 – SR JEAN BERNARD DIT LA CROIX EST PARRAIN DE JEAN BERNARD

Dossier 14 Img 7

31/8/1695- NAISSANCE D’ANTOINE BERNARD, DIT LACROIX, FILS DE NOEL ET LUCRESSE LAUGIER

Dossier 14 Img 8

L’an 1695 et le dernier jour d’août a été baptisé Anthoine BERNARD (dit LACROIX) né le 29ème dudit mois, fils naturel et légitime de Me Noël (notaire) et de Demoiselle Lucresse Laugier. Son parrain a été Sieur Claude Laugier du lieu d’Eourres et la marraine a été Demoiselle Margueritte Bernard de ce lieu de Barret-le-Haut par moi soussigné curé perpétuel (,) de ce lieu de Barret-le-Haut, aux présences de Sieur Honoré Bernard et Sieur Pol Bernard du lieu qui ont signé, la marraine n’ayant su signer.

Signatures : Laugier, Bernard (2), Michel pre curé

9/1/1726 – BAPTEME D’ANDRE BERNARD, FILS DE SR ANTOINE ET DE MARGUERITTE LAUGIER

Dossier 14 Img 9

L’an 1726 et le 9e jour du mois de janvier, est né André BERNARD, fils légitime et naturel de Sieur Antoine et de Margueritte Laugier, mariés, et je prêtre et curé de ce lieu de Barret le Haut, l’ai baptisé solennellement dans l’église paroissiale dudit lieu, le même jour. Son parrain a été Sieur André Bernard, de ce lieu et sa marainne Suzanne Laugier, du lieu de Lachaup. Ledit père, le parrain ont signé, non lad. Marainne pour ne savoir, de ce enquise et requise xx . Signatures : Bernard (4), Richaud prêtre curé


ANNEXE 4 – EXTRAITS DES REGISTRES PAROISSIAUX DE LACHAU

10/4/1721 – SR ANTOINE BERNARD, DE BARRET LE HT, PARRAIN DE MARGUERITTE JEAN

L’an que dessus (1721) et le 10 avril est née et a été baptisée Margueritte Jean, fille de Mathieu et de Jeanne Gily, mariés. Les parrains Sr Antoine BERNARD de Barret-le-Haut et Isabeau Bremond de ce lieu. Ainsi l’atteste Je Blanc curé

31/5/1721- ANTOINE BERNARD, PARRAIN D’ISABEAU MATHIEU

L’an que dessus et le 31 mai est né et le 1er juin a été baptisée Isabeau Mathieu, fille de Michel et de Jeanne Bremond, mariés. Les parrains Antoine BERNARD et XX Bremond du lieu de Barret-le Bas, ainsi l’atteste Je Blanc curé

1/2/1731 – SR ANTOINE BERNARD, CHATELAIN, PARRAIN D’ESTIENNE JARJAYES

Dossier 14 Img 10

L’an 1731 et le 1er janvier est né et a été baptisé Etienne Jarjayes, fils de Mathieu et de Jeanne Clavel. Les parrains Sr Antoine BERNARD, châtelain, et Dlle Magdelaine Teissier. Ainsi l’atteste Je Blanc curé.

17/4/1731 – NAISSANCE D’ANTOINE BERNARD, FILS D’ANTOINE ET DE MARGUERITE LAUGIER

L’an 1731 et le 17 avril est né et le jour d’après a été baptisé (Antoine) BERNARD, fils de Sr Antoine et de Dlle Marguerite Laugier, mariés. Les parrains Sr François BERNARD, bourgeois de Ribiers, et Demoiselle Dorothée BERNARD. Ainsi l’atteste Je Blanc curé

21/4/1732 – NAISSANCE DE J-BAPTISTE BERNARD, FILS DE SR ANTOINE ET DE MARGUERITE LAUGIER

L’an que dessus (1732) et le 21 avril est né et ledit jour a été baptisé Jean-Baptiste BERNARD, fils de Sr Antoine et de Dlle Margueritte LAUGIER, mariés, Les parrains Sr Jean-Baptise Gabriel et Dlle Marie-Rose XX. Ainsi l’atteste Je Blanc curé.

2/10/1732 – SR ANTOINE BERNARD (CHATELAIN) ET DLLE MARGUERITTE LAUGIER, PARRAINS D’ANTOINE MATHIEU

L’an que dessus (1732) et le 2 octobre est né et le jour d’après a été baptisé Anthoine Mathieu, fils de Pierre-André et de Jeanne Guende. Les parrains Sr Antoine Bernard, châtelain, et Dlle Margueritte Laugier, tous de ce lieu. Ainsi l’atteste Je Blanc curé.

23/12/1732 – DECES DE MARIE-ROSE BERNARD, FILLE DE SR ANTOINE ET DLLE MARGUERITE LAUGIER

L’an que dessus (1732) et le 23 décembre au lever du soleil est décédée Marie-Roze BERNARD, fille du Sr Antoine et de Dlle Margueritte LAUGIER, âgée de 11 ans, munie du sacrement de pénitence et à l’arrivée de la nuit, elle a été inhumée dans l’église paroissiale. Ainsi l’atteste Je Blanc curé.

16/1/1733 – SR ANTOINE BERNARD PARRAIN D’ANTOINE MATHIEU. DOROTHEE BERNARD, SA FILLE, EST MARAINNE

L’an que dessus (1733) et le 16 janvier est né et a été baptisé Antoine Mathieu, fils de René et de Suzanne Laugier, mariés. Les parrains Sr Antoine BERNARD et Dlle Dorothée BERNARD, sa fille, en présence des témoins soussignés. Signatures : B. Mathieu, P. Bernard, Blanc curé

7/5/1734 – NAISSANCE DE MARIE-ANNE BERNARD, FILLE DE SR ANTOINE ET DE DLLE MARGUERITTE LAUGIER

Dossier 14 Img 11

L’an que dessus (1734) et le 7 mai est né et le jour d’après a été baptisé Marie-Anne BERNARD, fille de Sr Antoine et de Margueritte Laugier, mariés. Les parrains Sr Joseph Julien, chirurgien, de Barret set Dlle Silvie BERNARD, en présence des témoins sous signés.

Signatures : Bernard (4), Curnier, J. Julien, Margarite, Silvie

11/11/1735 – SR ANDRE BERNARD, PARRAIN DE MARGUERITE MATHIEU

L’an que dessus (1735) et le 11 novembre est née Suzanne Marguerite Mathieu, fille de Pierre-André et d’Anne Guende, et le jour d’après a été baptisée. Les parrains Sr André BERNARD et Dlle Magdeleine Michel. Les parrains ont signé avec nous et les témoins ci-après.

Signatures : André Bernard, M. Michel, Mathieu, BERNARD (2), Blanc curé

18/8/1737 – NAISSANCE D’HELENE BERNARD, FILLE DE SR ANTOINE ET DE DLLE MARGUERITE LAUGIER

L’an que dessus et le 18 août est née et le 20 a été baptisée Hélène Bernard, fille de Sr Antoine et de Dlle Margueritte Laugier, mariés, les parrains Sr Pierre Laugier de XX et Dlle Agathe Bernard. Les parrains ont signé avec les témoins ci-après. Signatures : Bernard, Blanc curé

16/7/1749 – BAPTEME DE MARGUERITE-JEANNE, FILLE DE SR ANDRE BERNARD, BOURGEOIS ET DE DLLE MARIE LAUGIER

Dossier 14 Img 12

Marguerite-Jeanne BERNARD, fille de Sr André BERNARD, bourgeois, et de Dlle Marie LAUGIER, mariés, de ce lieu, est née le 16 juillet 1749 et a été baptisée le 18 ; son parrain Sr Antoine BERNARD, sa marraine Dlle Marguerite LAUGIER, ses grand-père et grand-mère, et se sont le père, le parrain et autres avec moi soussignés et non la marraine pour ne savoir. Signatures : Bernard (4), Gabriel, Curnier, Charras curé

22/9/1749 – DECES DE Dlle MARIE LAUGIER, EPOUSE DE Sr ANDRE BERNARD

Dossier 14 Img 13

Dlle Marie LAUGIER, épouse de Sr André BERNARD, bourgeois de ce lieu, âgée d’environ vingt xxx ans, est décédée dans le sein de l’Eglise, le 22 septembre 1749 et a été ensevelie le lendemain. témoins : Etienne Veoux     et Alexis Mathieu, maçon, … ledit Veoux avec moi soussigné non ledit Mathieu pour ne savoir de ce enquis et requis – Signature : Charras curé

5/7/1750 – DLLE URSULE BERNARD, MARRAINE DE JEAN-GABRIEL TRUPHEME

Jean-Gabriel, fils d’Alexis Trupheme et de Marie Saléon, mariés, de ce lieu, est né la nuit dernière et eu égard au danger de mort a été baptisé dans la maison par Marie Garcin. Et le 5 juillet 1750 a été apporté à l’église où nous lui avons supléé les cérémonies XXXX de Sr Jean-Baptiste Gabriel nore de Salérans et de Dlle Ursule BERNARD avec moi soussignés. Signatures : Bernard, Gabriel, Charras curé

7/2/1751 – MARIAGE D’URSULE BERNARD, FILLE DE MR ANTOINE ET DE DLLE MARGUERITE LAUGIER, AVEC SR LOUIS CHARRAS

Dossier 14 Img 14

Sieur Louis Léger CHARRAS, bachelier …. droit, fils naturel et légitime de feu Gaspard avocat en la cour et de Marguerite LEGIER du lieu de Montauban, d’une part, et Ursule BERNARD, fille naturelle et légitime de Mr Antoine et de Dlle (Marguerite) LAUGIER de ce lieu, d’autre, ont reçu la bénédiction nuptiale par Mre Louis Charras, archiprêtre de Montauban, à ma prière et en ma présence leur a donné aux formes prescrites (…)

Témoins : Sr François-Xavier xx Aubert, ecclésiastique de Savoillan, Mathieu Romieu de Montauban, germain de l’époux, Jean-Baptiste Gabriel, notaire de Salérans, germain de l’épouse, et François Oullon, d’Orpierre, son cousin, les autres parents et amis soussignés avec les époux, ledit père, le dit Mre Charras, archiprêtre, Sr Jean-Louis Aubert, bourgeois de Savoillan, procureur fondé de ladite Dlle Marguerite Legier pour consentir au susdit mariage à Lachaup le 9 février 1751. Signatures : Charras, Bernard (3), Charras curé de Montauban, Oullon, Charras curé, Gabriel, Aubert, Charras pre, Roux curé, Romieu, Aubert, PXX

20/8/1751 – SR ANTOINE BERNARD PARRAIN D’ANTOINE JARJAYES

Antoine Jarjayes, fils de Jean et de Marie Jullien, mariés, est né la nuit dernière et a été baptisé ce jourd’hui 20 août 1751. Le parrain Sr Antoine BERNARD, bourgeois, la marraine Marianne Jarjayes, ledit le parrain et le père avec moi soussignés, non la marraine sa tante pour ne savoir de ce enquise et requise.

Signatures : Bernard, Charras curé, J. Jarjayes,

29/12/1756 – DECES DE MARGUERITTE LAUGIER, EPOUSE DE SR ANTOINE BERNARD LA CROIX

 Dossier 14 Img 15

18/5/1758 – DAME DELPHINE CATHERINE MARIE CHASTAN, MARRAINE DE DAUPHINE PLAUCHE

Dossier 14 Img 16

Dauphine Agathe Honorée Plauche, fille de Sr Claude et de Dlle Catherine Curnier, mariés, née le 18 mars 1758, a été baptisée le 20. Le parrain Sr François Plauche, son oncle, la marraine Dame Delphine Catherine Marie Chastan signés avec ledit Sr Plauche père.Signatures : Plauche (2), Chastan Bernard, Charras curé

21/9/1759 – SIGNATURES DE L’ACTE DE BAPTEME DE MADELEINE-VICTOIRE DE LA TOUR DU PIN MONAUBAN

 Dossier 14 Img 17

3/9/1764 – DECES DE DELPHINE-CATHERINE-MARIE CHASTAN, EPOUSE DE NOBLE ANDRE BERNARD-LACROIX

Dame Delphine-Catherine-Marie CHASTAN, épouse de noble André BERNARD-LACROIX, âgée d’environ trente-deux ans, décédée dans le sein de l’Eglise la nuit dernière a été ensevelie au cimetière de la paroisse le 3 septembre 1764. Présents : Gaspard Mercier et Joseph Gautier, travailleurs, qui ont dit ne savoir signer de ce enquis et requis. Signature : Charras curé

19/4/1773 – Dlle MARGUERITE-JEANNE BERNARD-LA CROIX, MARRAINE DE HENRI-ALEXIS JARJAYES

Henri-Alexis Jarjayes, fils d’Estienne et de Margueritte BERNARD, mariés, est né et a été baptisé le 19 avril 1773. Le parrain Sr Pierre-Alexis Beauchamp, la marraine Dlle Marguerite-Jeanne BERNARD-LA CROIX avec nous et le père soussignés. Signatures : Marguerite-Jeanne BERNARD-LACROIX, Beauchamp, E. Jarjayes, Charras sedcondaire, Charras curé.

2/4/1774 – NOBLE ANTOINE BERNARD, PARRAIN D’ANTOINE-ANDRE MARCEL

Antoine-André Marcel, fils de Jean et de Rose Alier, mariés, né la nuit dernière, a été baptisé par nous curé soussigné, le 2 avril 1774. Le parrain noble Antoine Bernard, la marraine Dlle Ursule Long, soussignés avec le père. Signatures : Ursule Long, Antoine Bernard, Marcel, Bernard Lacroix, Charras, Charras curé

5/2/1776 – MARIAGE DE Dlle JEANNE de BERNARD-LACROIX, FILLE DE MR ANDRE ET DE FEU MARIE LAUGIER AVEC FRANCOIS d’ERMITANIS

Dossier 14 Img 18

L’an 1776 et le 5 février, après 3 publications faites à la messe de la paroisse pendant trois dimanches ou fêtes consécutives sans avoir découvert aucun empêchement, vu le certificat de Monsieur le curé de Reillane dûment légalisé, je soussigné, vicaire de Lachaup, en l’absence du Sieur Charras, curé, j’ai donné la bénédiction nuptiale à Monsieur François Dermitanis, fils légitime de Mr Antoine et de Dame Suzanne-Victoire de Volx, du lieu de Reillane, diocèse d’Aix, et à Demoiselle Jeanne de Bernard-Lacroix, fille légitime de Mr André et de feue Marie Laugier de ce lieu de la Chaup, diocèse de Gap, du consentement de leurs pères soussignés, en présence de Sr Louis Charras du lieu de Montauban, cousin germain maternel, de Mr Jean Cornailles-Vachères, seigneur de Vachères et de Ste-Croix,…de Sr Antoine Gabriel, de Salérans, cousin de la nouvelle épouse, et de Sieur Louis-Antoine Long de Ribiers, avocat, cousin germain maternel, soussignés avec l’époux et l’épouse.

Signatures : Dermitanis (3), Bernard-Lacroix (2), Bernard (2), Raspaud, Cornaille-Vachères, Gabriel (2), Pansin, Long, Beauchamp, Barruol (de Ballons), Charras, Eissartel vicaire

8/12/1783 – BAPTEME D’ANNE-ANTOINETTE BERNARD DE LA CROIX, FILLE DE MESSIRE ANTOINE-DOMINIQUE-NOE BERNARD DE LA CROIX, CHEVALIER

Dossier 14 Img 19

Delle Anne-Antoinette-Marie-Sophie-Thérèse-André Bernard de la Croix, fille de Messire Antoine-Dominique-Noë Bernard de la Croix, chevalier, et d’Anne-Marie-Thérèse-Adelaïde d’Arnaud de Rousset, mariés, née le 6 décembre 1783, a été baptisée par nous curé soussigné, le 8 du même mois. Le parrain noble André Bernard de la Croix, son grand-père, la marraine Dlle Anne de Brunis de la Tour d’Aigues, représentée par Dlle Marguerite-Siméon Bernard de la Croix, tante de la baptisée, soussignés avec le père

Signatures : Bernard Lacroix (4), xx de Lacroix, Dourcin, Beauchamp, Jullien, Charras curé

5/5/1788 – NOBLE ANDRE BERNARD EST PRESENT AUMARIAGE DE MICHEL REMUSA AVEC MARIE VINCENS

…. en présence de noble André BERNARD habitant en ce lieu et de Maître Claude-Siméon Amat, notre à Ribiers, de Sr Mathieu … Signatures : Bernard-Lacroix, …

2/12/1791 – MR ANTOINE DOMINIQUE-NOEL BERNARD LA CROIX, PARRAIN D’ADELAIDE-SOPHIE PLAUCHE – LA MARRAINE EST Mlle ANNE-MARIE-THERESE-SOPHIE BERNARD-LACROIX

Adelaïde-Sylvie Plauche, fille légitime d’Antoine-Joseph-François et de Rose Glaize, née le 1er décembre 1791 a été baptisé le lendemain. Le parrain Mr Antoine-Dominique-Noël BERNARD LA CROIX, la marraine Mlle Anne-Marie-Thérèse-Sophie Antoine et André BERNARD-LACROIX de ce enquis . Signatures : Plauche, Bernard de la Croix, Bernard Lacroix, Hellion curé..

[1] AD26 E3170

[2] Un Pierre Delachau, de Mérindol, est dit être fils de Joseph Lachau et de Catherine Daudet, un couple qui est cité dans les registres paroissiaux de Lachau. Le livre-cadastre de Lachau de 1707 cite un Sr Pierre Delachau bourgeois de St-Auban, parmi les propriétaires à Lachau. Le même cadastre cite également un Jean-Louis Clavière, bourgeois d’Orpierre, propriétaire à Lachau d’un bâtiment et d’une terre au Coulet de St-Andiol. Or nous savons par ailleurs que ce Jean-Louis était le fils de Jean Clavière, de Serres, et de Diane de la Chaup, qui nous semble être la même personne que celle qui se (re)marie à Lachau en 1659 (cf supra)

[3] Familles de Pierre et Joseph Delachaup (14 personnes)

[4] Au hasard de nos recherches, nous avons relevé un Pierre Etienne Lachau, né en 1746, qui fut notaire à Aspres et devint député. Nous avons aussi un Jean-Paul Lachau, juge de paix dans les Landes, qui obtint que son nom soit modifié en Delachau. Se rattachent-ils à la famille étudiée ?

[5] Fille de François CHASTAN et de Gabrielle d’ARNAUD ; AD84 BMS Sault

[6] AD05, Inventaire sommaire p.245-246

[7] André LACROIX, dans « L’arrondissement de Nyons » (1888) dit qu’à Lachau, « la maison BERNARD-LACROIX …très bien construite, sert aujourd’hui de maison d’école pour les garçons. »

[8] André LACROIX, dans « L’arrondissement de Nyons » (1888) dit qu’à Lachau, « la maison BERNARD-LACROIX …très bien construite, sert aujourd’hui de maison d’école pour les garçons. »

[9] Marie Thérèse Adélaïde d’ARNAUD de ROUSSET est née le 1er juillet 1758 à Aix. Elle est fille de Charles Marie d’ARNAUD de ROUSSET (°1727 +1784) chevalier, seigneur de Rousset et de Vallongue, et de (Marie Louise) Gabrielle de BRUNY de LA TOUR d’AIGUES (+1766)

[10] Marie-Pauline-Gertrude BEILLARD est fille de François de BEILLARD, avocat au Parlement de Provence, ancien échevin,

[11] AD05, Inventaire p.245-246 ?

[12] Marie-Hilarie de LA BOULIE née le 24 octobre 1798 à Pelissanne, décédée le 13 juin 1836 à Aix., fille de Balthazar de la BOULIE, premier avocat général, puis procureur général près de la cour royale d’Aix sous la Restauration, et de Marie-Eugénie-Batistine d’ABEN de la DURANNE.

[13] AD05, recensement Barret

Publicités