Le recensement de 1851

Dossier 15 Img 1

Dans les années qui suivent la Révolution, les pouvoirs publics entreprennent de dénombrer la population française. L’opération est répétée tous les cinq ans et se concrétise par la tenue de registres où sont consignés, pour chaque personne, le lieu d’habitation, le nom, le prénom, la profession, la filiation, la nationalité, la religion, l’âge et divers autres renseignements.

Le premier recensement des habitants de Lachau, réalisé dans ce cadre, date de 1836.

Nous avons choisi de nous intéresser à celui de 1851 qui donne un instantané du village au tout milieu du XIXe siècle [1]. L’époque est troublée. La Révolution de 1848 a chassé le roi Louis-Philippe et Louis-Napoléon Bonaparte se prépare à prendre le pouvoir. Lachau, avec 884 habitants, est très proche de son apogée démographique qu’il atteindra cinq ans plus tard avec 907 habitants. En 1851 Séderon compte737 habitants (691 en 1856).

Le maire est Marius Martin JARJAYE, un propriétaire cultivateur de 39 ans. Son adjoint est Justin PAU, lui aussi cultivateur.

Tous les habitants se disent de religion catholique.

Nos observations porteront sur les points suivants :

La répartition des habitants sur le territoire communal

La jeunesse de la population

Les patronymes chaupatiers

Les métiers exercés au village

Les enfants placés par les Hospices d’Aix et de Marseille

 Dossier 15 Img 2

La répartition des habitants sur le territoire communal

En 1851, la commune compte 187 maisons réparties entre le village et 16 hameaux.

Près de la moitié de la population (46%) vit en dehors du village, notamment à Riouffret, au Château et à Ladrech, comme l’illustre le tableau qui suit.

Dossier 15 Tab 1

Une population très jeune

L’âge médian est de 24 ans. Les moins de 20 ans sont 395. Il n’y a que cinq personnes dont l’âge dépasse 80 ans. Le doyen, Xavier GOURGON a 89 ans.


Les patronymes chaupatiers

146 noms de familles sont représentés dans la commune.

Les 10 noms les plus répandus sont :

MATHIEU (77 personnes), BERNARD (46), BLANC (44), JARJAYE (42), GAUTHIER (30), PAU (30), LAUGIER (28), AMIC (27), AUBERT (25), ARMAND (23) et AUDIBERT (23).

Outre ceux précités, 72 patronymes sont cités plus d’une fois. En voici la liste, par ordre alphabétique :

Amat (7), Artaud (12), Barjavel (4), Barre (3), Bonnefoy (2), Borel (3), Boyer (2), Bremond (11), Brissac (8), Bruis (9), Brunel (14), Brunet (3), Callet (10), Camen (2), Chanuel (5), Charras (9), Charuis (7), Clavel (6), Combe (5), Couren (4), Curnier (2), Deluchi (7), Dethes (2), Dumond (2), Durand (3), Fauchet (4), Faure (4), Francou (2), Gabert (3), Galix (7),Garcin (6), Gay (6), Gilles (7), Girard (4), Gontard (2), Gourgon (11), Imbert (16), Jean (8), Jouve (9), Jullien (3), Lachau (12), Laudric (9), Magnet (3), Marcel (2), Martin (6), Mauduech (3), Meffre (14), Michel (20), Morel (2), Morenas (12), Moullet (4), Nave (2), Pascal (2)), Passard (6), Pellegrin (7), Plaindoux (10), Reguis (22), Remuzat (4), Richaud (2), Rivas (3), Romieu (8), Rougnou (2), Roux (6), Truchet (4), Truphemus (8), Vial (4) et Vidal (3).

Les paronymes ci-après sont cités une seule fois (il s’agit le plus souvent du nom de naissance d’épouses nées dans un autre village) :

Achard, Antoinette, Arnaud, Astier, Augustin, Aumage, Blachet, Blain, Bouchet, Brun, Bœuf, Chabaud, Chastel, Claude, Comete, Delaup, Demians, Dessault, Doze, Dupoet, Esclapon, Espieu, Estelle, Eyssautier, Franqueti, Gande, Gasparin, Gorbin, Guigou, Joli, Josserand, Latil, Liotaud, Lion, Macle, Mevouillon, Monard, Monier, Morat, Noble, Nicolas, Onin, Plat, Plauche, Revest, Raimond, Sagis, Saisse, Sara, Sasi, Simon, Tardif, Teste, Tiran, Tirza, Tourniaire, Verdellet, Villard, Ville et Viton.

Les prénoms les plus fréquents sont, pour les hommes : Joseph (cité 63 fois), Pierre (45), François (34), Casimir (18), Jean-Baptiste (18), Antoine (16), Jean (12); Fortuné (12), Jean-Louis (10), Cyprien (9) et Auguste (9). Deux hommes portent Napoléon en second prénom.

Pour les femmes nous avons : Marie (64), Rose (35), Magdeleine (33), Marianne (26), Julie (18), Philomène (18), Thérèse (18), Rosine (11), Françoise (10) et Marguerite (10).


Les métiers exercés dans le village[2]

360 personnes exercent un métier de l’agriculture, ce qui représente 85% de la population active. Il y a 31 bergers, 66 cultivateurs, 210 propriétaire-cultivateurs, 4 fermiers auxquels il faut ajouter 51 personnes qui, outre un métier agricole exercent une activité artisanale. Ce double métier, que l’on observait, dans une très moindre proportion, dans le recensement de 1836, est à rapprocher de l’augmentation du nombre des naissances qui ne permet plus à tous les enfants d’agriculteur d’accéder à une exploitation de taille suffisante pour les faire vivre.

Les professions libérales, les commerçants et les artisans forment un groupe important, de près d’une centaine de personnes, dont, comme nous venons de le voir, la moitié exerce simultanément une activité agricole Une trentaine de métiers sont représentés dont nous donnons ci-après la liste, avec, en vis-à-vis, le nom de ceux qui les exercent. Les personnes qui sont à la fois artisan et agriculteur sont signalées par le signe *.

– Aubergistes : Pierre TRUCHET et Hortense AUBERT (son épouse) ;

– Cafetiers et cabaretiers : Jean-François AUBERT et Casimir MATHIEU*

– Chaufournier-tuiliers : Joseph AUDIBERT*et Jeanne BRISSAC*, Bernard, leur fils ;

– Coiffeuse ? : Fleurie CHARRAS

– Colporteur : François RICHAUD ;

– Cordonniers : Jean-Louis CHARRAS, Antoine CURNIER*, Jean DOZE* et Joseph MEFFRE*;

– Couturières : Magdelaine BRUSSET, Marie JARJAYE et Thérèse AMIC

– Fabricant d’étoffe : Cyprien BLANC ;

– Sage-femme : Rose EYSSAUTIER ;

– Faiseur de chaises : Jean-Louis BLANC* et Euphémie BERNARD* (son épouse) ;

– Fossoyeur : Joseph IMBERT*,

– Foulonnier : François BLANC* ;

– Fourniers (boulangers) : Marie REGUIS et Suzanne AUBERT ;

– Garde-champêtre : Pierre SIMON

– Instituteurs : Marguerite BREMOND, Félicie GIRARD, Victor MORENAS et Séverin PELLEGRIN ;

– Légiste : Eugène MAUDUECH ;

– Maçons : Antoine, Ferdinand et Joseph DELUCHI, Jean-Louis BERNARD*, François Jean JEAN*, Florentin COMBE* et Jean-Baptiste BERNARD*(du village) ;

– Maçons menuisiers : Jean Pierre Mathieu COMBE* et Jean-Baptiste BERNARD* (du Rousset) ;

– Marchande de combustible et buraliste : Anne PAU ;

– Marchand de domaines : Jean-Baptiste AMIC ;

– Marchands d’indienne : Lazare BLANC et Eléonore BRISSAC (sa domestique), Scipion GIRARD* ;

– Marchand de vins : Pierre PELLEGRIN* ;

– Marchand (épicier ? quincaillier) : Eugène AUBERT* ;

– Marchande de poterie : Marguerite BOEUF ;

– Maréchaux ferrant : Louis AUDIBERT* et ses fils, Ferdinand* et Eloi ;

– Médecin : Jean-Baptiste Hector COUREN ;

– Menuisiers : Sauvayre MOREL, Constantin François REGUIS* et Joseph PAU ;

– Modistes : Louise AUDIBERT, Rosine DUPOET et Louise FRANCOU ;

– Notaire : Jean Antoine Martin MAUDUECH ;

– Officier de santé : Hypolite CAMEN ;

– Scieur de long : Mathieu JARJAYE

– Tailleurs d’habits : Marie-Thérèse ESPIEU, Fréderic JEAN, Marie AUDIBERT, Adelaïde BERNARD, Marianne CALET, Marie JARJAYE, Thérèse RAZAUD, François GALIX* et Jeanne Marie DEMIANS* (son épouse), Antoine MORENAS* et Jean-Louis ROMIEU* ;

– Tisserands : Fortuné AMAT*, Jean Joseph AMAT*, Jean-Baptiste BLANC*, Auguste GAUTHIER*, Jean Baptiste GOURGON*, Jean-Joseph, François, Bernard et Pierre LAUGIER*, Jean-Baptiste PAU*, Jacques ROUGNOU*, Mathieu MATHIEU* ;

– Tisseurs à toiles : André RIVAS* et Marianne BRUNET* (son épouse), François Dominique LAUGIER* et Marie VITON* (son épouse) ;

– Voituriers : Jean-Baptiste et Victor AMIC, Victor et Pierre ARMAND*.

Il y a aussi 15 domestiques, un journalier, un ouvrier cordonnier, une apprentie, etc. Les registres nous apprennent également que Casimir PLAUCHE, rentier, est membre de la Légion d’honneur.

Les enfants placés par les Hospices d’Aix et de Marseille

L’accueil d’enfants, est une pratique qui se retrouve de siècles en siècles à Lachau. Depuis la Révolution, l’Assistance publique a succédée aux fondations religieuses, mais le placement dans les familles peu argentées qui y voient un complément de revenu reste très courant.

La liste des personnes placées à Lachau par les hospices d’Aix et de Marseille comporte 37 noms. Parmi elles, 21 ont moins de 12 ans et 12 entre 12 et 20 ans. Il y a 4 majeurs.

Les jeunes sont majoritairement placés dans des familles des hameaux, notamment ceux de Bas-Riouffret (12) et du Château (7). Ces enfants n’ont pas de métier déclaré à l’exception de 4 d’entre eux (1 domestique et 3 bergers).

Lors du recensement de 1851, les ¾ de ces enfants (27) ont BLANC pour nom de famille.